Le travail au sol

Dans l'étude de la Sagesse du Corps, le travail du sol est basé sur les mouvements effectués dans l'enfance et est donc lié aux parties les plus fondamentales du cerveau et de son fonctionnement neurologique. Ces mouvements identiques à ceux du bébé vous permettront de vous familiariser une nouvelle fois avec la gravité par la position couchée et vous permettront également d'allonger votre colonne vertébrale et de capter les sensations générales provenant de vos récepteurs de pression, vos propriocepteurs (nerfs qui détectent la position du corps) et vos thermorécepteurs (nerfs qui détectent la température).

013 14333416820
Le travail du sol travaille certains des plus puissants mécanismes de réactions instinctives du corps. Dans le monde animal, sauvage, les muscles du visage et des mâchoires, du cou et des épaules sont les régions du corps qui sont les plus vulnérables à l'attaque d'un prédateur. Ces zones sont donc devenues également les cibles de choix du stress psychologique. Ce sont ces mêmes parties du corps qui ont tendance à accumuler la tension et le vieillissement plus rapidement que d'autres. Dans la Sagesse du Corps, nous travaillons donc en mobilisant, libérant, relaxant et drainant ces parties du corps. C'est également par cette zone que le nourrisson perçoit les premiers contacts à l'autre par les joues contre le sein de sa mère, le visage contre celui de son père... Les premières compétences de renforcement du corps humain ciblées par la Sagesse du Corps sont concentrées sur l'action de lever et maintenir la tête en position stable et mobile. Pour cette raison, la tête, le visage et le cou sont l'objectif principal de la formation du début de la Sagesse du Corps.

037 14540169923
La tête, le visage et le cou sont guidés par des mouvements qui suivent deux formes géométriques principales : la croix et le cercle. L'amplitude du mouvement à fournir se détermine en traçant une ligne dans l'espace avec le nez ou le menton et en suivant la forme d'une croix ou un cercle est complet. A partir de là vous êtes libres d'explorer les formes en huit et en spirales ainsi que toute autre figure géométrique de votre choix. Cette idée de base est développée tout le long de la colonne vertébrale en utilisant notre tête comme guide de l'ensemble du corps.

Une fois parvenus aux bras et notre but devient d'explorer autour de nous de manière tactile puis de poursuivre cette recherche penché sur le flanc ou encore couché sur le dos. De cette position, nous commençons alors l'exploration de la hauteur en appliquant la même séquence que précédemment. Le travail en hauteur dans la position couchée sur le dos est plus difficile que le travail effectué couché sur le ventre de sorte qu'il est généralement enseigné une fois que la première série est maîtrisée. Au cours de la série en position couchée sur le dos, une part importante de la concentration se porte sur les muscles abdominaux en utilisant les mouvements de la tête et du torse.

026 14518644394

Durant tout le travail au sol, il est important de se reposer fréquemment en déclenchant un long soupir audible ou une forte expiration afin de favoriser la détente et d'exprimer et apaiser les émotions du corps.

012 14520063295
Une fois le visage tourné vers le haut, nous pouvons rouler pour atteindre une position debout ou bien retourner à la position ventre tourné vers le bas et explorer le monde au travers des sensations d'un enfant en train de ramper. Pour ramper comme un bébé, nous devons partir de la position ventrale pour élever les hanches puis pousser sur le sol par la force des bras afin d'élever le buste et arriver dans la position "à quatre pattes". À ce niveau, les étudiants plus avancés de la Sagesse du Corps peuvent s'intéresser à la façon dont les animaux se déplacent sur le sol. Ces "marches animales" peuvent devenir, plus tard dans l'apprentissage, une méthode de conditionnement du corps intensive. Il s'agit des mouvements les plus difficiles et exigeants du système de la Sagesse du Corps.

Allen Pittman - marche animale

 

Après cet épisode, nous pouvons finalement chercher comment nous amener en position debout. Il existe plusieurs façons de lever le tronc en position verticale. Certaines se retrouvent dans le développement humain et d'autres trouvent plutôt leur origine chez les grands singes. En arrivant à la position debout, la partie du travail au sol se termine. Cette partie de la méthode permet à chacun selon son niveau de formation d'évaluer son niveau de renforcement, de localiser les blessures ou des limitations de mouvement et d'obtenir un nouveau ressenti physique et émotionnel de lui-même en grande partie grâce aux capteurs du système nerveux et aux muscles.

Pour conclure ce bref descriptif du travail au sol de la Sagesse du Corps, je dirais qu'il se vit et se ressent plus qu'il ne se décrit et je vous invite donc à l'explorer dans le cadre de l'un de nos ateliers.