Blason_AFA_membre

Le Togishi Dojo est affilié à l'Association Francophone d'Aïkido.

 L'AFA, est la seule fédération belge reconnue :

  • par la FIA (Fédération Internationale d'Aïkido)
  • par l'AISF (Association Interfédéral du Sport Francophone)
  • par le COIB (Comité Olympique et Interfédéral Belge).

Document de reconnaissance de l'Afa par l'Adeps, le Hombu Dojo de Tokyo et la fédération Internationale

 Il faut souligner ici que l'Adeps, le Hombu Dojo de Tokyo et le COIB ne reconnaissent qu'une seule fédération par pays, ce qui est un critère de qualité de nos reconnaissances.

L'AFA peut donc ainsi former des aide-moniteurs et des moniteurs diplômés par l'Adeps ainsi que des ceintures noires reconnues par un diplôme délivré du Hombu Dojo de Tokyo.

 

Le Togishi Dojo est également membre du Kishinkai Aïkido Belgium.

 

Le Kishinkai Aïkido se caractérise par l’influence de différents maîtres : Tamura Nobuyoshi en aikido, Kuroda Tetsuzan du Shinbukan Kuroda dojo, Hino Akira du Hino Budo Institute et Kono Yoshinori. Ces trois derniers sont invités régulièrement en Europe par Léo Tamaki.

    • Le Kishinkai (喜振会) est une école d’Aïkido fondée par Léo Tamaki, avec le soutien d’Issei Tamaki, Julien Coup et Tanguy Le Vourc’h. Actuellement, la croissance de l’école se fait dans une dynamique très positive, avec des pratiquants partageant une même passion.

    • Le nom de l’école est composé de trois kanjis 喜 : se réjouir, 振 : approfondir et 会 : le groupe, l’école. Le Kishinkai est donc l’école dans laquelle les adeptes approfondissent la voie dans la joie.

KISHINKAI AIKIDO BELGIUM ASBL

Siège Social
Rue des Boissonnets 9
1325 Chaumont-Gistoux
Belgique
Email: Info@Kishinkaiaikido.Be
Tel : +32 473 63 99 30

Pourquoi parler d’école ? Parce qu’il ne s’agit pas d’une fédération, où plus ou moins tous les courants sont acceptés tant qu’il existe un dénominateur commun, et parce qu’il ne s’agit pas d’une koryu, où seule la façon de faire du maître est correcte. Dans une école, telle que présentée par Léo Tamaki, chacun peut faire sa propre recherche sur la base de principes fondamentaux communs, d’une éthique partagée et d’une même direction de travail. Celle-ci peut être définie brièvement par la recherche  d’une efficacité martiale grâce à la modification de l’utilisation du corps.