Shiatsu et Arts Martiaux

Pourquoi les pratiquants d’Aïkido devraient-ils apprendre le Shiatsu ?

Le Shiatsu (指圧, shi-doigts et atsu-pression), aussi appelé acupressure en français, est une technique de thérapie manuelle d’origine japonaise, inspirée du massage chinois et utilisée afin de traiter différents troubles physiques, psychologiques,… ainsi qu’en tant que médecine préventive.

Interview de Ivan Bel, thérapeute Shiatsu et pratiquant d’arts martiaux depuis plus de 25 ans, passionné par les arts japonais et l’étude de l’énergie.

D’où vient le Shiatsu ?

Le Shiatsu trouve ses origines dans la Chine ancienne. A cette époque, la médecine traditionnelle chinoise comportait 5 branches : l’acupuncture, la moxibustion (technique de stimulation par la chaleur de points d’acupuncture), l’herboristerie, la diététique, les exercices énergétiques (Qi Gong et tai-chi) et le massage. Le massage comprenait lui-même 2 techniques : l’an mo (qui signifie massage) et le tui na (qui est traduit littéralement par tui-pousser, et na-saisir)

Lorsque ces techniques sont arrivées au Japon, les termes se sont adaptés à la langue japonaise : an mo a donné amma, et tui na est devenu Shiatsu.

Le Shiatsu a alors été enseigné dans les koryu (écoles anciennes d’arts martiaux). Beaucoup de ces écoles dispensaient des cours d’anatomie et d’étude des points vitaux, pas uniquement dans un objectif de combat, mais également pour soigner. Les grands maîtres d’arts martiaux étaient d’ailleurs bien souvent médecins acupuncteurs, rebouteux ou spécialistes en phytothérapie.

Au début du XXe siècle, le Japonais Tokujiro Namikoshi (1905-2000) a été à l’origine de la création du Shiatsu moderne. Alors qu’il était jeune garçon, il tentait de soulager les douleurs de sa mère percluse de rhumatisme. Il a alors constaté qu’elle se sentait mieux lorsqu’il appuyait et pressait avec ses pouces au lieu de masser et malaxer. Il a ainsi redécouvert, intuitivement et de manière totalement indépendante aux écoles d’arts martiaux, la technique de massage Shiatsu.

Plus tard, sa rencontre avec Shizuto Masunaga, homme cultivé d’université, aguerri aux théories chinoises, et notamment aux méridiens d’acupuncture, a donné naissance au Shiatsu moderne. A partir des années 50, ils ont fondé le Shiatsu College of Tokyo, référence mondiale actuelle, où sont enseignées les différentes techniques de Shiatsu.

En 1997, le Shiatsu a été reconnu comme l’une des dix médecines complémentaires les plus bénéfiques par l’Union Européenne.

En Février 2011, le Shiatsu a été reconnu par le Ministère des Classes Moyennes belge, et devient un ordre professionnel encadré.

Comment se déroule une séance de Shiatsu ?

Dans le Shiatsu, l’individu est abordé dans sa globalité, et pas uniquement au niveau des symptômes. Le praticien va prendre en compte les dimensions mécanique du corps (les os, les muscles..), physiologique (le fonctionnement des organes), psychologique, spirituelle, et enfin la dimension énergétique qui relie le tout.

Chaque personne peut donc venir avec des demandes qui peuvent être extrêmement variées, du tour de rein à la dépression, en passant par des troubles digestifs, une situation de stress difficile à gérer, un besoin de changement dans la vie personnelle ou professionnelle… Certaines maladies chroniques peuvent également être soulagées par le Shiatsu, notamment les allergies, qui sont une réaction inflammatoire de défense du corps contre une agression extérieure, physique ou émotionnelle. La sinusite chronique par exemple, prise dans sa dimension psychologique, sera parfois le symptôme d’une difficulté relationnelle (littéralement : « celui-là, je ne peux pas le sentir ! »)

Une séance dure en moyenne une heure, mais peut être plus longue afin d’avoir le temps de discuter avec la personne, de lui poser des questions sur ses plaintes, son mode de vie, son passé médical significatif…

La séance se déroule sur un futon à même le sol, ou encore sur une table de massage selon le praticien. La personne est habillée, dans des vêtements amples et souples.

Le massage Shiatsu s’effectue à la pression des doigts, des paumes ou des coudes, de manière plus ou moins forte, le long de trajets précis (méridiens d’énergie). Par ces pressions, le praticien va permettre à l’énergie de circuler plus librement et de façon plus harmonieuse.

Le nombre de séances dépend des réactions du corps, de quelques séances pour un mal de dos, à plusieurs années pour une dépression. Mais il n’y a pas de règles, car chaque individu est différent.

Quelle relation peut-on faire entre Shiatsu et Aïkido ?

La compréhension d’une méthode de santé est toujours la bienvenue dans le parcours d’un pratiquant d’Aïkido ou de tout autre art martial.

La grande étendue du Shiatsu permet d’améliorer la compréhension de son art martial, et ce quel qu’il soit. En effet, tous les arts martiaux ont été construits selon les mêmes principes énergétiques, qui eux-mêmes répondent aux cycles de la nature : yin et yang, rythme des saisons, les cinq éléments, le corps, l’esprit, l’énergie universelle et sa circulation.

De plus, la connaissance des méridiens d’acupuncture nous permet de connaître quels seront les effets de la frappe sur les différents points vitaux. Elle peut donc améliorer la connaissance de la capacité martiale de l’Aïkido. Elle améliore également la relation à l’autre, la sensibilité du toucher, la capacité à se connecter au corps du partenaire, à sentir ses points forts comme ses points faibles, bref à lire le corps.

Un exemple de point de pression pour un « auto-massage »

Les points des marcheurs, appelé en chinois points des trois Li (li = +/- 500 m) situé sur le méridien de l’estomac, est un point important qui peut être stimulé pour un regain d’énergie ou pour renforcer le système immunitaire, pour régler des troubles digestifs, améliorer la mobilité des jambes…

Ce point se trouve en remontant le long de la face externe du tibia, dans la gouttière entre l’os et le muscle. On arrive alors dans un creux situé à environ une paume de main sous le genou. Pour repère, ce point est souvent sensible à la pression.

Ce point peut alors est stimulé par des pressions du doigt durant 1 minute, plusieurs fois par jour.

En résumé, pourquoi les pratiquants d’Aïkido devraient apprendre le Shiatsu ?

Les réponses sont multiples : pour l’ouverture sur la culture asiatique, car tous leurs arts sont régis par les mêmes principes de l’énergie ; pour pouvoir détendre le corps souvent mis à rude épreuve ; pour vieillir en harmonie avec son corps tout en continuant à pratiquer ; pour intérioriser les techniques en les redécouvrant à la lumière des principes énergétiques ; pour apprendre à réparer le corps et l’esprit simplement avec les doigts et faire le bien autour de soi ; parce qu’on a toujours ses doigts sur soi tandis que les aiguilles d’acupuncture il faut les avoir dans un sac et elles sont moins appréciées du public ; pour créer une saine ambiance de complicité au sein d’un dojo… En cherchant un peu, vous trouverez toujours de bonnes raisons.

Bibliographie et liens :

http://www.shiatsu-bruxelles.be/ : le Shiatsu à Bruxelles (cabinet de Ivan Bel).

http://www.ecole-europeenne-massage.be/ : L’Ecole Européenne de Massage (EEM) propose des formations pour tous en massage Shiatsu notamment. Prochain cycle: à partir du 25 septembre 2012, le mardi soir (hors vacances scolaires) de 19h30 à 22h30.

http://www.reseau-biloba.com/ : Le Réseau Biloba est un groupement de masseurs et thérapeutes professionnels de qualité, dirigé par Ivan Bel.

Nous pouvons également signaler qu’Ivan Bel se déplace toute l’année dans les dojos qui en font la demande pour des séances d’initiation sur un thème particulier (ex : relation des arts martiaux et des arts de soins) ou pour une présentation plus générale.

Florence Terrier

A propos Sébastien

Sébastien Place pratique l’Aïkido depuis plus de 12 ans. Dojo cho et fondateur du Togishi Dojo, il est également rédacteur pour le magazine Flash Aïkido. Pratiquant les styles Aïkikaï et Kishinkaï, étudiant aussi le Shiatsu, le Hino Budo, le Hsing-I, la Sagesse du Corps d’Allen Pittman et le travail de Tim Cartmell, il publie régulièrement des articles liés aux arts martiaux et la culture asiatique.

Laisser un commentaire