Les clichés sur les samouraïs

Voici une excellente vidéo consacrée aux clichés sur les samouraïs au cinéma. Les informations sont pertinentes au sein d’un montage rythmé et très drôle. Les séquences “On va faire cours” sont disponibles sur différents sujets historiques et les informations de base sont fournies par des historiens afin d’éclairer sous différents angles les idées défendues dans ces reportages.

La plupart des clichés abordés ont été véhiculés par le cinéma japonais et américain, qui ont souvent représentés les samouraïs comme des mercenaires défenseurs de la veuve et de l’orphelin, ce qui n’était pas forcément le cas. On retrouve cette image notamment dans “Les Sept Samouraïs” d’Akira Kurosawa, qui met en scène des rōnins protégeant un village en proie à une bande de bandits de grands chemins.

Dans cet épisode, on traite surtout du film “Le Dernier Samouraï” d’Edward Zwick, avec Tom Cruise. Ce long-métrage, bien que foutrement divertissant, n’échappe pas aux raccourcis. Il s’agit en effet d’une réinterprétation de l’histoire vraie d’un officier français, Jules Brunet, envoyé au Japon pour former les soldats du shogun. Certes, la nationalité du personnage est changée pour attirer le public américain, mais surtout le contexte et l’époque sont complètement différents.

Voici la liste des films abordés dans cette vidéo :

  • Les Sept Samouraïs – Akira Kurosawa (1954)
  • Les Sept Mercenaires – John Sturges (1960)
  • Blindman, le Justicier Aveugle – Ferdinando Baldi (1971)
  • Baby Cart : L’Enfant Massacre – Kenji Misumi (1972)
  • Le Dernier Samouraïs – Edward Zwick (2003)
  • Kill Bill – Quentin Tarantino (2003)
  • Zatoichi – Takeshi Kitano (2003)

Il est nécessaire de corriger tellement d’errances dans la représentation du samouraï et même du japon, de son histoire, de ses traditions et de de ses coutumes dans l’esprit de nombreux pratiquants d’arts martiaux. Ce genre de réalisation permet de recadrer et de contextualiser un grand nombre d’erreurs qui faussent les repères dans la pratique du Budo.

En corrigeant des confusions telles que celles de Hara-kiri et Seppuku, Bushi et Samouraï … ou en replaçant sur une ligne du temps cohérente l’évolution des termes et des idéologies liées aux guerriers du passé.

Les grandes images D’Épinal battues en brèche dans cette vidéo sont notamment :

  • Les samouraïs étaient des mercenaires
  • Les samouraïs étaient tous des combattants
  • Les samouraïs étaient exclusivement des hommes
  • Les samouraïs étaient tous des experts au sabre
  • Les samouraïs étaient des défenseurs des opprimés
  • Les samouraïs pratiquaient le Hara-kiri

Nombre d’éléments repris dans cette vidéos sont complétés par de nombreux autres ou corrigés dans l’article consacré à l’histoire du Japon et des samouraïs que j’avais publié précédemment sur ce site.

Certains raccourcis sont faits dans la vidéo comme d’oublier que depuis des siècles la majorité des soldats des armées étaient des conscrits et qu’il n’a pas fallu attendre la période Meiji pour ça. Les samouraïs étaient des professionnels de la guerre mais ils ne composaient pas l’essentiel des armées. Une référence anachronique au Bushido (nettement postérieur) et d’autres erreurs sont présentes ça et là mais l’ensemble est cohérent compte-tenu qu’il s’attaque au cinéma hollywoodien qui est déjà très opaque et manichéen.

Bon visionnage et n’hésitez pas à faire part de votre avis constructif en commentaire.

A propos Sébastien

Sébastien Place pratique l’Aïkido depuis plus de 12 ans. Dojo cho et fondateur du Togishi Dojo, il est également rédacteur pour le magazine Dragon - spécial Aïkido. Pratiquant les styles Aïkikaï et Kishinkaï, étudiant aussi le Shiatsu, le Hino Budo, le Hsing-I, la Sagesse du Corps d’Allen Pittman et le travail de Tim Cartmell, il publie régulièrement des articles liés aux arts martiaux et la culture asiatique.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.